maltais.jpg
Regard actuel sur la politique de financement des universités au Québec

Conférence donnée par Martin Maltais le 6 octobre 2021. Martin est membre du LIRES et professeur en financement et politiques d’éducation au campus de Lévis de l’UQAR.

Le rapport entre l’état québécois et ses 20 universités est souvent perçu comme un mystère. Depuis une quinzaine d’années pourtant, on arrive de mieux en mieux à reconstituer et comprendre la nature de cette relation, essentiellement financière, et sa déclinaison au sein des établissements.

Ce qui reste plus difficile à comprendre concerne le rationnel actuel du gouvernement à l’égard des universités, le rationnel plus contemporain. La conférence mettra en relief la nature du réinvestissement historique du gouvernement du Québec dans ses universités, le rationnel sous-jacent à ses décisions et les tendances à venir… Une histoire qui s’écrit près de chez vous et en toute intimité!

Émergence et développement des universités privées à Kinshasa

La RDC a hérité de la colonisation belge un système éducatif ayant une base assez large au niveau primaire, mais un enseignement secondaire peu développé et un enseignement supérieur et universitaire embryonnaire. Au fil du temps, deux orientations contradictoires ont caractérisé le système éducatif congolais : d’abord une volonté de monopoliser et de contrôler l’ensemble du système éducatif en l’étatisant, par le biais du Mouvement populaire de la révolution (MPR)— Parti État— puis une volonté timide de favoriser l’offre privée de l’enseignement. En avril 1989, le comité central du MPR a libéralisé l’enseignement supérieur mettant officiellement fin à la compétence exclusive de l’État dans l’organisation de cet enseignement. Les entrepreneurs privés ayant des capitaux économique, social et culturel institutionnalisé ont saisi et exploité cette fenêtre d’opportunités leur offerte pour créer des universités privées. Aussi, avons-nous cherché à saisir les motivations réelles de ces entrepreneurs en interrogeant également leurs logiques d’actions.

Conférence donnée par Didier Pidika Mukawa le 10 février 2021. Didier est membre invité du LIRES et professeur au Département des sciences politiques et administratives de l'Université de Kinshasa.

Les variétés du capitalisme universitaire

Conférence donnée par Olivier Bégin-Caouette le 13 octobre 2020. Oliver est membre du LIRES et professeur professeur adjoint en enseignement supérieur comparé au Département d’administration et fondements de l’éducation de l’Université de Montréal.

 

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la plupart des pays ont mis en place les structures nécessaires à la massification de l’enseignement supérieur. 

Quelques décennies plus tard, l’expansion du phénomène géospatial de la mondialisation superposa aux champs nationaux d’enseignement supérieur un champ mondialisé marqué par diverses dynamiques de concurrence. L’une, fondée sur la quête du prestige qui découle de la production scientifique et structurée par les classements internationaux, a accru la pression sur toutes les universités, mais particulièrement sur les universités à forte intensité de recherche qui, étant plus anciennes, plus grandes et dotées d’une faculté de médecine, en sont venu à symboliser l’excellence universitaire. Or cette concurrence produit des effets collatéraux sur l’accessibilité à l’enseignement supérieur, la diffusion du savoir scientifique, la protection de la langue française et les coûts de système. Cette conférence examine la théorie des variétés du capitalisme universitaire qui permet de rendre compte de ces tendances.

Campus universitaires internationaux :
Les divisions ethniques en Malaisie et aux Émirats Arabes Unis

Conférence donnée par Grace Karram Stephenson Ph.D. le 27 novembre 2019. Chercheuse post-doctorale à l'Institut d’études pédagogiques de l’Ontario (OISE), Université de Toronto, Grace est membre invitée du LIRES.

Le capitalisme universitaire dans les économies émergentes: le cas du Brésil

Conférence donnée par Rogério Gonçalves de Freitas le 8 novembre 2019. Chercheur postdoctoral en éducation à l’Université fédérale du Pará (UFPA / Brésil), Rogério est titulaire d’un doctorat en sociologie de l’Université Degli Studi di Napoli Federico II.

Ses recherches portent sur la capitalisation néolibérale des connaissances dans l’enseignement supérieur, régulation des systèmes éducatifs et sur les politiques éducatives dans l’OCDE.

Les défis que pose la dépendance excessive
des collèges de l'Ontario aux étudiants internationaux

Conférence donnée par Oleg Legusov le 4 octobre 2018. Conseiller responsable de l'accueil des étudiants au Collège Seneca, à Toronto, Oleg est titulaire d’un baccalauréat en économie de l’Université McGill. Ses intérêts de recherche portent sur l'expérience des étudiants et des diplômés internationaux.

Comme les collèges d’arts appliqués et de technologie de l’Ontario font face à une baisse du financement public, ils comptent de plus en plus sur les étudiants internationaux pour s’acquitter de leurs obligations financières. Ainsi, le nombre d’étudiants internationaux inscrits dans les collèges de l’Ontario est passé de 6 172 en 2005-06 à plus de 55 000 en 2017-08. Bien que les collèges recrutent des étudiants internationaux pour diverses raisons, les frais de scolarité élevés payés par ces étudiants sont devenus indispensables à leur survie. Mais en raison de la concurrence croissante et de l’incertitude politique et économique mondiale, il est de plus en plus difficile de recruter des étudiants internationaux en grand nombre. En outre, une fois inscrits, ces nouveaux arrivants rencontrent de nombreuses difficultés, auxquelles les collèges ont souvent du mal à faire face. Cette communication explore les défis que pose la forte augmentation du nombre d’étudiants internationaux, et ce pour les collèges et les étudiants eux-mêmes.